Karim Hossam était l’un des meilleurs jeunes joueurs de tennis au monde. Il semblait prêt à jouer dans les plus grands tournois, avec les meilleurs joueurs au monde. Au lieu de cela, il a été aspiré dans l’une des plus grandes affaires de trucage jamais découverte dans l’histoire du tennis.

En juin 2017, c’est dans une chambre d’hôtel modeste en Tunisie que la carrière de Karim a commencé à s’écrouler. Deux anciens détectives de la police britannique étaient assis en face du jeune homme de 24 ans. C’étaient des enquêteurs de l’unité d’intégrité du tennis, qui ont réalisé une enquête sur la corruption au sein du sport. Ils soupçonnaient Karim de truquer des matchs. Au cours de l’interview, il a révélé comment, quatre ans plus tôt, il faisait partie de l’un des plus grands réseaux de matchs truqués du tennis.

Un des meilleurs joueurs juniors

Le tournoi de la Fédération internationale de tennis à Sharm el-Cheikh est un cousin éloigné du glamour, de l’argent et des foules de Wimbledon ou de Roland Garros. Joué dans un petit club de tennis à côté d’un centre commercial, il y a une poignée de spectateurs et le prix total du tournoi est de 15 000 euros, environ le quart de la somme d’un perdant au premier tour à Wimbledon.

Voici les détails de cette affaire en anglais :

Karim Hossam avait déjà remporté le tournoi quatre fois quand il y était arrivé en 2013. En tant que l’un des meilleurs joueurs juniors au monde, il a commencé à jouer dans les grands tournois de l’ATP avec les stars du sport. Il avait joué l’Open d’Australie et à l’Open de France, mais le tournoi de la Fédération internationale de tennis à Sharm était l’une des nombreux dans le monde où des milliers de joueurs de rang inférieur essayaient de gagner leur vie.

Des matchs truqués

Karim Hossam se préparait pour un match lorsqu’un joueur qu’il ne connaissait pas bien s’est approché de lui et l’a demandé s’il voulait perdre la rencontre et obtenir 1 000 euros. Le même joueur avait contacté Hossam au Qatar Open quelques mois plus tôt pour lui demander s’il voulait perdre le premier set pour 1 000 euros.

À cette occasion, il a affronté l’un des meilleurs joueurs au monde, Richard Gasquet, alors classé neuvième mondial, quelque 300 places au-dessus de Hossam. Il aurait répondu qu’il jouait contre Gasquet et qu’il n’est pas là pour vendre un match. Mais à Sharm, les choses étaient bien différentes.

Source :

BBC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +
Inline
Inline