Il a été révélé que le secteur agricole, en particulière l’élevage, générerait une part importante des émissions mondiales de gaz dits à effet de serre. Selon certains, le véganisme devrait être le régime adapté pour réduire les émissions de CO2 dans le monde…

Près de 80 % des végétaliens aux États-Unis sont des femmes. Ce chiffre est d’ailleurs remarqué dans d’autres pays. Cela peut conduire au cliché selon lequel il est plus difficile pour les hommes d’adopter ce régime. La viande et les hommes ont une relation bien particulière. C’est pour cette raison que les hommes consomment plus de viande.

Un véritable mode de vie pour les hommes

Une étude récente a révélé que les hommes craignent une honte sociale s’ils ne mangent pas de la viande. Les hommes et les femmes sont bien différents. Il n’est donc pas surprenant que les femmes s’intéressent plus au véganisme.

Source : Pixabay. Les hommes apprécient particulièrement la viande.

Cela peut remonter en partie à une époque où la viande était pour la plupart des gens un choix occasionnel à déguster pendant les fêtes plutôt qu’un aliment de base, ce qui en faisait un marqueur de statut économique, de force et de virilité. Toutefois, les hommes sont de plus en plus conscients des « problèmes » écologiques, éthiques et de santé causés selon certains militants par la consommation de viande.

Le vegan, une alternative intéressante pour les hommes .

Le véganisme serait pour certains un moyen de transformer le capitalisme en ce qui concerne l’exploitation animale. Plus qu’un mode de vie, c’est une identité sociale, politique et environnementale.

Les gens deviennent surtout vegan pour des raisons éthiques. Les hommes trouvent plus facile de devenir végétaliens pour des problèmes environnementaux ou de santé, alors que pour les femmes, ce serait plutôt pour les animaux. Le concept de masculinité est en partie formé par la société.

Malheureusement, on ne parle pas assez souvent au retour à une économie et une vie plus saines, avec des circuits courts et des méthodes d’élevage traditionnelles. Une basse-cour familiale, les cochons domestiques pour l’hiver… De quoi avoir des produits carnés de qualité et élevés le plus naturellement du monde.

Source :

TheGuardian

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +