La commune de Vernet-les-Bains est enclavée dans les Pyrénées-Orientales. Loin des grandes voies de circulation, il faut faire un détour pour y aller. Mais il y a de nombreuses raisons de s’y rendre, comme nous allons le voir… Un site exceptionnel qui n’attend que des voyageurs pour en profiter.

La situation exceptionnelle de Vernet

Vernet-les-Bains, c’est un magnifique village situé sur un promontoire dans les Pyrénées, au pied du Canigou. Ce dernier massif culmine à plus de 2 700 m. Non loin de Vernet, nous trouvons Villefranche-de-Conflent (forteresse de Vauban), le prieuré de Serrabone, de nombreux chemins de randonnée, l’abbaye Saint-Martin… Le tout est baigné de soleil, d’où des fours solaires. C’est l’un des points les plus au sud de l’Hexagone, bénéficiant d’un climat méditerranéen sec malgré une altitude de 650 m pour le village. Nous ne sommes pas très loin de Font-Romeu, ni de Mont-Louis où l’armée française s’entraîne dur. Les plages sont plus bas, vers l’est, avec la Méditerranée.

Vue intimiste du château de Vernet-les-Bains et des montagnes sous la neige. Crédits photo : Josep Renalias, Wikimedia Commons

Les 1 350 habitants du lieu bénéficient d’un climat fort agréable, mais aussi d’un patrimoine remarquable. Avec des vues sans pareilles, il y a tout d’abord l’église Saint-Saturnin, au sommet du village. Celle-ci est attenante au château rebâti tout au long du XIXe siècle par les familles de Lacvivier et de Lacroix notamment, à partir d’une tour médiévale qui avait tenu bon. De nombreuses personnalités sont passées par Vernet et lui ont conféré un peu de leur renommée. Ce sont principalement Ibrahim Pacha, André Malraux, Cali (il a dédié un album à sa cité) et Rudyard Kipling, lequel a écrit en 1911 un court Why Snow Falls at Vernet. Certaines scènes du Bossu de 1959 avec Jean Marais et Bourvil y ont été tournées.

Une station thermale indépendante

La principale attraction touristique de Vernet-les-Bains, ce sont ses thermes. Il s’agit du dernier établissement thermal familial et indépendant de tout le 66. Les Pyrénées étant riches en sources d’eau chaude naturelles, soufrées, les veines de Vernet étaient connus dès l’Ancien Régime. Mais elles n’ont bénéficié d’une exploitation plus rationnelle qu’avec les commandants de Lacvivier Couderc qui, sous la monarchie de Juillet, investissent dans ce projet. Parmi leurs premiers successeurs à la tête de l’enseigne, nous trouvons Adam Piglowski. Il s’agit d’un noble polonais ayant dû fuir la répression russe après l’insurrection manquée de 1830. Il se reconvertit en étudiant la médecine à Montpellier, avant d’avoir l’honneur de soigner Ibrahim Pacha ! Maintenant,  3 000 curistes s’y rendent chaque année. Et, à la vue de ces images, on les comprend :

Les thermes sont sans surprise flanqués d’un casino. Un espace SPA/bien-être accompagne bien entendu les cures médicalisées. C’est (un peu) plus classe que la « fish pédicure ». Tout le monde peut donc y trouver son compte et pratiquer de nombreuses activités annexes dans les environs. Visites d’églises romanes, VTT, ski… C’est un terroir catalan riche en surprises ! Avec la pluie et le froid qui dominent la plus grande partie de la France ces jours-ci, ça donne envie de prendre du bon air… !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +
Inline
Inline