À une époque où les méthodes actuelles ne permettent pas d’expliquer plus de la moitié de l’infertilité masculine, un nouveau test mis au point par Androvia LifeSciences permet de mesurer la fertilité des hommes. Le test Cap-Score est basé sur une recherche brevetée par le laboratoire de Travis Baker Institute for Animal Health et le College of Verterinary Medecine de l’université Cornell.

Il a récemment fait l’objet d’une étude publiée dans la revue Molecular Reproduction and Development. Parmi tous les tests couramment utilisés, le Cap-Score est le seul qui ait démontré de manière prospective la probabilité qu’un homme soit fertile. Cela marque une avancée majeure par rapport à l’analyse du sperme, l’outil de diagnostic standard pour l’infertilité masculine depuis plus de cinq décennies.

En quoi consiste le Cap-Score ?

Le Cap-Score quantifie l’efficacité et les changements qui se produisent dans un spermatozoïde lui permettant de féconder. Le docteur Alexander Travis a été le premier à identifier le ganglioside GM1 en tant que biomarqueur de l’effiacité d’un spermatozoïde.

Voici une vidéo montrant un autre moyen de tester le taux de fertilité :

Les premiers échantillons cliniques ont été testés par le docteur Gianpiero Pelermo, professeur d’embryologie en obstétrique et gynécologie à Cornell. Il est également membre de l’équipe de conseil clinique d’Androvia LifeSciences. Cette combinaison de bases scientifiques solides et de données cliniques a permis à Cornell d’acuqérir la technologie concédée à Androvia LifeSciences en vue de son développement en une analyse diagnostique pratique sur le plan commercial.

Un test déjà prouvé

Dans la dernière étude, 208 échantillons de sperme ont été recueillis chez des hommes ayant subi une évaluation médicale en raison de questions relatives à leur fertilité. En plus des analyses de sperme traditionnelles, les scientifiques d’Androvia ont également testé des échantillons et les ont répartis de manière prospective dans des groupes dont la fertilité était faible par rapport à la normale.

Les résultats cliniques ont ensuite été rapportés pour 91 de ces hommes. Ceux dont les scores étaient normaux avaient 2,78 fois plus de chances d’avoir un enfant que les hommes ayant des scores faibles.

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +
Inline
Inline