Au milieu de tous ces blockbusters, pas toujours très satisfaisants (Spectre, Hunger Games 4), « Comment c’est loin », du rappeur Orelsan, est LE film qui fait du bien en cette fin d’année !

Un peu comme si 8 Mile avait déménagé à Caen

La rédaction d’ UnMec ne s’attendait franchement pas à rire autant. Ou même à secouer autant la tête, durant ce film d’1h30. Il faut dire que, même si l’on apprécie l’œuvre musicale d’Orelsan, qui s’essaye là pour la toute première fois à la réalisation d’un long-métrage, cela reste assez surprenant de retrouver le rappeur derrière/devant la caméra, et surtout, avec autant de talent !

Pour le pitch, tout est résumé ou presque dans l’intertitre que nous vous proposons plus haut : « Comment c’est loin », c’est un peu 8 Mile à la sauce normande. Orelsan transpose dans ce film une bonne partie de sa vie de rappeur caennais et son amitié avec son acolyte : Gringe. Le film commence lui sur un excellent freestyle des deux rappeurs (« MC t’es mort dans l’œuf, t’es mort sur l’Île de Pâques ») en direct à la radio, qui se voient alors proposé un contrat avec un label. Malheureusement, 5 ans plus tard, les 2 gros flemmards n’ont toujours pas fini une chanson et n’ont que 24h pour finalement y parvenir.

Lire aussi : “Les 10 vidéos les plus vues sur Youtube en 2015”

Punchlines, 2nd rôles géniaux et glande

On serait presque tenté de dire qu’il s’agit-là d’un film à réserver aux amateurs de rap… Mais en fait, non. Premièrement parce que le rire y est omniprésent. Mais aussi parce que les thématiques de la glande ou de la procrastination sont universels ! Enfin, même si vous n’aimez pas du tout le hip hop, s’il y a bien un rappeur dont l’œuvre reste accessible à tous, c’est bien Orelsan. Accompagné de Gringe, le rappeur-réalisateur a pris le soin de greffer une bande son de grande qualité à son film, de quoi vous faire bouger sur votre siège donc.

On retiendra aussi bien sûr les nombreuses punchlines balancées par les deux acteurs, probablement toutes écrites par eux, mais aussi les excellents 2nds rôles choisis par Orelsan ou encore cette phrase qu’il a sortie en promo « J’ai réalisé que je jouais les branleurs, alors que je n’arrête pas de bosser… »

Lire aussi : “La presse salue le retour de Star Wars au cinéma”

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +
Inline
Inline