Un responsable d’une organisation a décidé de mener une bataille assez surprenante. En effet, Tang Haiyan a pour mission de transformer les garçons en de vrais hommes. Même s’il y a différentes manières de devenir un homme, Tang a une idée bien précise en tête. Son club a pour objectif de rendre plus forts les garçons. Ainsi, ils ont décidé de les apprendre à être des combattants, à faire de la voile et à jouer au golf.

C’est Tang qui est à l’origine de la création du Real Boys Club. Le sujet est au cœur de toutes les discussions en Chine. L’inefficacité militaire sera un des impacts de changement au niveau de la société. Il y a également les résultats décevants des garçons à l’école, mais aussi les échos de la politique de l’enfant unique.

La société chinoise en pleine évolution

Pour le club, les garçons âgés de 7 à 12 ans vivent dans une société où des idoles androgynes pop, des mères surprotectrices et surtout des enseignantes en feraient des garçons efféminés. Un dimanche après-midi, 17 garçons du Real Boys Club ont fait du sprint et se sont affrontés pour apprendre le football américain.

Voici les détails de cette affaire en anglais :

Vêtu d’un sweat-shirt à capuche rouge, Tang a dirigé les garçons. Il semblerait donc que le club est destiné à résoudre un problème auquel la Chine fait face actuellement. Les Chinois dominent toujours les plus hautes sphères de la politique et des affaires. Le masculinisme institutionnel est répandu. La richesse est concentrée entre les mains des hommes. Certaines femmes se plaignent de harcèlement sexuel dans les transports en commun, les universités et les entreprises.

Construire de vrais hommes

La préoccupation de la Chine envers les hommes forts a pris une dimension politique, alimentant des préoccupations quant à savoir si les jeunes hommes chinois auraient des problèmes. Selon les médias du gouvernement, le manque d’exercices physiques, la masturbation et les jeux vidéo ont rendu de nombreux jeunes garçons inadaptés à l’armée.

Tang, ancien entraîneur de football et enseignant, a déclaré que l’idée de fonder son club venait de ses discussions avec des parents inquiets des performances de leurs fils à l’école. Selon une enquête menée en 2014 auprès de 20 000 élèves chinois du primaire et de leurs parents dans quatre provinces, près de deux tiers des garçons interrogés avaient des résultats scolaires médiocres.

Source :

SMH

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +
Inline
Inline