Découvrez l’application Cardiosens. Créée par l’hôpital Bichat, elle permet non seulement de lutter contre les facteurs de risque des maladies cardio-vasculaires, mais également de collecter des données afin d’améliorer l’efficacité des applications de santé. Si vous voulez en savoir plus à ce sujet, vous pouvez visionner la vidéo ci-dessous.

Lutter contre les facteurs de risque

L’inscription sur l’application est vraiment très simple. Il suffit en effet aux utilisateurs de remplir un questionnaire portant sur leurs antécédents médicaux et ceux de leur famille. Cependant, il leur est également conseillé de fournir leur dernière analyse de sang et leur tension artérielle. Ce questionnaire est ensuite suivi d’un auto-examen au cours duquel des informations primordiales sont parfois récoltées. Grâce à toutes ces données, l’application va évaluer le risque cardiovasculaire.

Profitez d’un bilan santé et de conseils                  Source : Site officiel Cardiosens

Chaque patient présentant un risque se voit alors offrir des conseils pour les limiter. Ils peuvent concerner l’alimentation, l’activité physique ou le suivi de leur poids et de leur tour de taille. Elle permet également de télécharger des courbes de suivi que les utilisateurs doivent ensuite fournir à leur médecin.

Récolter des informations pour améliorer les applications de santé

En plus de prodiguer de précieux conseils à ses utilisateurs et de les aider à limiter le risque de maladies cardio-vasculaires, cette application permet de récolter de nombreuses données. Ces dernières seront utilisées dans des recherches scientifiques qui visent à améliorer l’ensemble des applications santé. Toutes ces informations seront en effet traitées de manière informatique et totalement anonyme, respectant totalement les conditions de confidentialité en vigueur.

Soyez suivi de près                  Source : site officiel Cardiosens

Une fois analysées, elles permettront en effet de dresser le portrait-robot des utilisateurs, afin d’améliorer les applications et de s’adapter à leurs habitudes et à leurs besoins. Les résultats de ces analyses seront publiés début 2019, mais le Dr Hansel, responsable du projet, assure que les volontaires participent au projet avant tout pour eux-mêmes.

Source :

Le Figaro

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +
Inline
Inline