Les pratiques sexuelles ont évolué au fil des époques et bien qu’elle semble toute nouvelle, le cunnilingus existe depuis beaucoup plus longtemps qu’on ne le croit. Cependant, il est toujours aussi difficile à mettre en pratique. Car mal réalisé il dégouttera votre partenaire avec une possible incidence sur la suite des événements au lit. Bien pratiqué par contre il fera de vous l’un des meilleurs coups de Sophie ou Jeannine.

Le cunnilingus, ça ne se force pas

Comme toute chose ici bas, il serait très maladroit de votre part d’essayer de forcer votre partenaire à se laisser faire un cunnilingus. Ne forcez pas, il vous faut une permission explicite de votre partenaire afin d’agrémenter l’expérience qui dans le cas contraire sera vécu par celle-ci comme une séance de torture. Même si elle éprouve du plaisir à changement mouvement de langue sur son clitoris.

Préparez bien le terrain avant de vous lancer dans le cunnilingus

Le clitoris est la partie la plus sensible des organes génitaux externes de la femme. A cet effet, il serait très désagréable voire irrespectueux de vous y glisser et le sucer sans au préalable avoir tâté le terrain. Ne vous précipitez pas, faites les choses avec calme et sérénité et récompensés. La première étape consiste à lui donner envie de votre cunnilingus.

Une femme en plein ébat – Crédits photo : PxHere

Une fois la température plus chaude dans la pièce et la permission reçue, le plat de résistance pet dès lors être dégusté.

Comment donner envie d’un cunnilingus ?

Diverses manières de donner envie à une femme existe. Même pas besoin pour cela de suivre un cours particulier puisqu’il suffit de faire des préliminaires classiques afin de faire grimper la température et réchauffer l’atmosphère. Une fois ceci fait vous pourrez des lors passer en-dessous de sa ceinture et savourer son pamplemousse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +