La politique du genre et la science ne se sont jamais très bien entendues. Le système patriarcal était fondé, et dans certaines cultures encore, sur le principe que les femmes sont plus mercurielles, moins libérales et moins robustes que les hommes.

Ce sont des croyances parfaitement faciles à maintenir, du moins jusqu’à ce que vous les soumettiez au moindre examen intellectuel ou à des tests sur le terrain. Dans ce cas, elles s’effondrent complètement. Dans les années 1970, les choses ont bien changé, la pensée à la mode étant que les différences entre les sexes sont des constructions artificielles.

Un sujet qui suscite l’intérêt de tous

Ceci est aussi essentiel, comme peut le dire tout parent qui a élevé un garçon et une fille. Plus ils étudient de près la structure du cerveau, l’exposition prénatale aux hormones et plus, plus ils confirment que les garçons et les filles naissent de manière fondamentalement différente.

Voici les sports pour chaque sexe :

La question devient un peu plus trouble en ce qui concerne l’une des grandes lignes de démarcation entre les sexes : le sport. D’un côté, l’intérêt et la participation aux sports organisés restent une affaire à prédominance masculine. D’autre part, lorsque n’importe quelle culture s’efforce d’égaliser les  chances, la participation des femmes augmentent considérablement.

La science a un avis différent

Selon une nouvelle étude sérieuse, la dure loi de l’évolution joue au moins autant un rôle dans la participation et l’intérêt pour le sport que la politique, et peut-être même un plus grand rôle. Et cela, ce qu’on le veuille ou non, fait pencher la balance en faveur des hommes.

Une autre recherche a révélé que dans chaque pays, les hommes étaient plus susceptibles de pratiquer un sport que les femmes. La différence n’est pas statistiquement significative dans certains pays.

Source :

Time

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +
Inline
Inline