Apple va en effet s’associer à l’établissement financier Goldman Sachs pour proposer une carte bancaire qui sera introduite en 2019. Cette dernière fonctionnera en utilisant Apple Pay, le service de paiement en ligne de l’entreprise fondée par Steve Jobs.

Un accord gagnant-gagnant

C’est en effet un produit qui apportera de nombreux avantages à la firme à la pomme. Cette dernière pourrait ainsi continuer de développer Apple Pay, le service de paiement en ligne qu’elle a lancé en 2014, tout en tentant de diversifier ses sources de revenus. Cela lui permettrait d’être un peu moins dépendante des ventes de l’iPhone. Pour Goldman Sachs, ce serait l’occasion d’affirmer sa position sur le marché du crédit à la consommation, mais également de toucher un nouveau public. L’établissement financier pourrait proposer ses produits aux clients Apple, parmi lesquels on retrouve en majorité de jeunes actifs avec un pouvoir d’achat intéressant.

Apple Pay permet pour le moment de payer avec son iPhone     Crédits photo : Mybloodtypeiscoffee, Wikimedia Commons

Une offre qui existe déjà aux États-Unis

C’est en effet une offre similaire à celle proposée aux États-Unis depuis 2005. Elle fonctionne en partenariat avec la banque américaine Barclays et permet notamment aux clients d’Apple de pouvoir souscrire à un crédit à la consommation pour l’achat de certains produits de la marque à la pomme. C’est une véritable aubaine quand on voit le prix de vente de certains de leurs modèles. Si cette association devrait être remplacée par la nouvelle qui interviendra début 2019, elle proposera vraisemblablement les même avantages mais au niveau mondial.

La célèbre banque s’associe avec Apple                  Crédits photo : Weatherman1126, Wikipedia

Une annonce qui a déjà des conséquences

Si, pour le moment, Goldman Sachs, Apple et même Barclays ont refusé de commenter ces informations, cette annonce a déjà eu des conséquences, notamment pour Apple. En effet, aussitôt ces informations divulguées, la valeur de son action a augmenté d’1,3 %, ce qui permet à l’entreprise high-tech d’enregistrer un nouveau record dans sa capitalisation boursière, qui s’élève à près de 1 000 milliards de dollars.

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +
Inline
Inline