De nouvelles révélations sur le monde automobile font encore scandale. Plusieurs constructeurs allemands ont en effet effectué des tests sur des singes et des volontaires humains, notamment pour connaître les effets du dioxyde d’azote sur le corps. Si vous voulez en apprendre plus sur cette affaire, vous pouvez visionner la vidéo ci-dessous.

Le Monkeygate

C’est le nom que certaines personnes ont déjà donné à cette affaire qui n’a pas fini de choquer. En quelques mots, l’EUGT, un organisme qui a été financé par Volkswagen, Daimler, Bosch et BMW entre 2007 et 2017 a effectué de nombreux tests pour évaluer les effets des oxydes d’azote, et plus particulièrement le dioxyde d’azote, sur le corps. Alors que ce sont des gaz relâchés par les voitures diesel et considérés comme très toxiques et cancérigènes, l’EUGT obligeait des singes, ainsi que des humains volontaires, à le respirer avant de constater les différents effets sur leurs organismes. Les singes étaient en effet enfermés dans une pièce pendant quatre heures, pendant lesquelles ils respiraient les gaz d’échappement d’une Beetle. Pour leur aider à passer le temps, une télévision était allumée et diffusait des dessins animés.

C’est sur de tels singes qu’étaient effectués les tests            Crédits photo : Charlesjsharp, Wikimedia Commons

Une révélation en deux temps

Cette affaire a en effet été révélée en deux fois. La première partie concernait les tests effectués sur les singes et c’est le New-York Times qui le dévoilait le jeudi 25 janvier dernier. Il expliquait en effet le but et le protocole de ces expérimentations. C’est cependant la deuxième partie de ces révélations qui a le plus choqué l’opinion. Elle a été publiée par le Süddeutsche Zeitung et le Stuttgarter Zeitung, deux journaux allemands et ils nous apprenaient que des tests avaient également été effectués sur des êtres humains. 25 personnes étaient en effet enfermées pendant trois heures dans une salle de 40 m² et elles étaient exposés à une quantité de dioxyde d’azote trois fois supérieure à la valeur maximale autorisée dans le cadre professionnel. Ces tests se déroulaient une fois par semaine et visait à évaluer les effets de l’exposition à cette substance sur le lieu de travail.

La Volkswagen Beetle                              Crédits photo : Charlesjsharp, Wikimedia Commons

Source :

Le Monde

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +
Inline
Inline