Battue par l’Islande lors des huitièmes de finale de l’Euro 2016, l’Angleterre a été la cible de nombreuses critiques provenant d’anciens grands noms de la sélection des Three Lions.

Drôle de soirée que celle vécue hier soir par les Anglais, à Nice. Face à eux, les valeureux Islandais ont réussi l’exploit de mettre à terme aux rêves d’une génération maintes fois annoncée comme très prometteuse (2-1). Et il a fallu un début de match renversant pour comprendre que rien ne pouvait arriver aux Nordiques sur la pelouse de l’Allianz Riviera, accompagnés par leurs supporters inconditionnels, aussi efficaces que bruyants. Alors, grosse surprise, défaite méritée, ou finalement débâcle prévisible ?

Un couac très commenté

À peine le coup de sifflet final retenti dans l’enceinte azuréenne que la toile s’est déchaînée sur la prestation des protégés de Roy Hodgson. Du désormais très fameux “deuxième Brexit“, qui fait référence au récent référendum du Royaume-Uni, en passant par des hommages innombrables aux coéquipiers d’Aron Gunnarsson, beaucoup d’anciennes gloires du football britannique ont désiré s’exprimer via les réseaux sociaux.

Et pour certains, le tir ami n’est apparemment pas un problème. Morceaux choisis.Début des hostilités avec un défenseur mythique de Manchester United et de la sélection de la Rose. Pour Rio Ferdinand, qui s’est retrouvé “estomaqué”, l’équipe a avant tout “besoin d’une identité“, comme il l’a “dit à plusieurs reprises“.

Mais l’ancien des Red Devils est loin d’être le seul à jeter de l’huile sur le feu. Alors, qui de mieux que le sulfureux Joey Barton pour en remettre une couche. Jamais très loin de dégainer avec son compte Twitter, l’ex-Marseillais blâme avant tout le staff technique anglais, en affirmant que “Hodgson va payer à 100% pour cet échec”, avant de charger Ray Lewington (son adjoint) et Gary Neville, qui “doivent aussi être jetés”. Pour lui, “le mythe Gary Neville s’est effondré quoiqu’il advienne“.

Deux réactions (très) à chaud, qui tranchent avec l’analyse de Michael Owen. Inquiet, le Ballon d’Or 2001 s’est quant à lui dit “terrifié par les conséquences de cette défaite“, et “sans-voix, mis K.O par l’Islande“. Avant de se montrer fataliste sur les échecs récurrents de l’Angleterre lors des grands rendez-vous internationaux : “Quand nous sommes au pied du mur et que nous avons besoin de grandir pour le franchir, nous reculons”. Écoeuré, le “Kid” a juste souhaité une “bonne nuit” à ses abonnés.

Avec plus de dix années cumulées sous les couleurs de Chelsea, Graeme Le Saux a préféré lister les qualités de la formation islandaise, afin de souligner en même temps tout ce qu’il manquait à ses compatriotes pour franchir le cap des huitièmes. Selon l’ancien international, “L’Islande c’est : organisation, unité, réactivité, identité, plan de jeu, l’équipe avant l’individualité. Et pas l’Angleterre.

Dans un tout autre style qui est le sien, Gary Lineker a préféré miser sur l’humour pour féliciter les vainqueurs, et commenter “la pire défaite de notre histoire“, contre un pays qui compte “plus de volcans que de joueurs professionnels“. L’ancienne pointe des Spurs de Tottenham a également réagi à la démission de Roy Hodgson à l’issue de la rencontre en rendant un hommage particulier à “un homme décent et digne, mais qui restera à jamais dans les mémoires pour la défaite contre la minuscule Islande“.

Autre attaquant légendaire outre-manche, Alan Shearer a lui aussi congratulé les bourreaux du soir, en résumant la veste de son ancienne sélection de “Choquant. Pathétique. Inepte.

Un rapide aperçu qui laisse à penser que dans la partie sud de l’Albion ce matin, l’heure est à la gueule de bois.

Recevez le top des news du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici