L’Olympique de Marseille et les Girondins de Bordeaux se sont quittés dimanche soir sur un score nul et vierge à l’issue du match de clôture de la 33e journée de Ligue 1. Une avancée de plus dans la descente aux enfers que connaît l’OM en cette fin de saison.

Après un week-end de Ligue 1 riche en spectacle et en buts, nous étions impatients de voir si l’affiche au sommet du dimanche soir allait tenir toutes ses promesses. Malheureusement pour tous les supporters présents au stade ou les téléspectateurs devant leur écran, la rencontre entre l’Olympique de Marseille et les Girondins de Bordeaux avait plus des allures de purge que de choc entre deux gros clubs de l’Hexagone. Car malgré vingt bonnes premières minutes de l’OM, le match a ensuite lentement dérivé vers un ennui de tous les instants ou presque, avec à la clé ce qui restera certainement comme l’une des plus tristes confrontations de la saison sur le plan du jeu.

Pire encore, les hommes de Michel sont passés proches d’un nouveau revers sur leurs terres, avec les tirs sur les montants d’Adam Ounas ou d’André Biyogo Poko en fin de première période et à l’heure de jeu. Côté phocéen, rien de bien enthousiasmant, si ce n’est trois tentatives  de Bouna Sarr, Rémy Cabella ou encore Florian Thauvin bien maîtrisées par Jérôme Prior pendant la seule bonne passade des locaux. À la clé, un score nul et vierge qui ne prête pas à l’optimisme pour la fin de saison du club olympien. De son côté, l’écurie aquitaine a obtenu ce qu’elle venait chercher : un point à l’extérieur, ni plus ni moins.

Steven Fletcher, un coup dans l’eau

Il y a des matches où il n’est pas chose aisée de faire ressortir une individualité. Mais si les deux effectifs n’ont pas brillé dans leur ensemble, Steven Fletcher a été à lui seul le symbole du désastre collectif marseillais. Débarqué sur la Canebière lors du dernier mercato hivernal, l’attaquant écossais était alors très attendu comme un renfort précieux à Michy Batshuayi par ses dirigeants et ses supporters. Près de deux mois et demi après, force est de constater que l’international britannique n’apporte pas vraiment de solutions offensives malgré quelques copies rendues abouties et encourageantes à ses débuts.

En onze rencontres disputées toutes compétitions confondues, Steven Fletcher n’a trouvé la faille que deux petites fois. Pire encore, en sept parties de Ligue 1, il ne s’est pas encore imposé une seule fois. Et sa prestation d’hier n’a malheureusement pas fait mentir les statistiques, puisqu’il a été totalement absent – ou presque – des débats, avec une seule tentative (de tête) à l’heure de jeu. À l’image d’un club pour qui rien ne va plus.

Comment reconquérir des fans exaspérés ?

De nouveau tenu en échec par les Girondins, l’Olympique de Marseille a enchaîné un 14e match sans succès sur sa pelouse du Vélodrome. Depuis ses derniers trois points glanés à domicile il y a sept mois(contre Bastia), les joueurs du technicien espagnol affichent un tableau de dix nuls et quatre défaites. Le pire ratio de l’histoire du club. Des résultats qui déchaînent chaque semaine un peu plus la passion des fans présents dans l’enceinte phocéenne.

Pendant la rencontre, des banderoles déployées dans les gradins ont servi pour tailler un costume à tous les acteurs de la vie du club. Les “Bouffe ton héritage si tu veux, mais loin de nous” ou “Riche héritière incompétente, casse-toi” adressés à Margarita Louis-Dreyfus ainsi que des effigies de chèvres représentant les joueurs de l’OM mises en scène sur une musique de Benny Hill ont donné le ton. Ajoutez à cela des huées insistantes à la pause ou au coup de sifflet final, et vous obtenez un divorce consommé. Une rupture qui paraît déjà irréversible jusqu’à la fin de la saison, et qui laisse même présager une trêve estivale mouvementée du côté de Marseille.

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +
Inline
Inline