Actuellement plongés dans une période difficile en championnat, les Girondins de Bordeaux ont annoncé la fin de leur collaboration avec leur entraîneur en place Willy Sagnol.

Ce qui devait se produire arriva. Willy Sagnol n’est plus l’entraîneur des Girondins de Bordeaux. Annoncé lundi soir dans un communiqué officiel publié par le club sur son site internet, le licenciement de son technicien fait notamment suite à une série de mauvais résultats en Ligue 1.

“Le FC Girondins de Bordeaux et Willy Sagnol se sont entendus sur la fin de leur collaboration. Cette décision commune, avec effet immédiat, se justifie par la situation sportive préoccupante. Le club tient à remercier Willy Sagnol  pour son engagement et sa loyauté”.

Cette décision, qui fait suite à l’humiliation subie ce week-end par Bordeaux dans le derby de la Garonne face à un TFC pourtant avant-dernier (4-0), a un peu plus fait plonger le club qui pointe désormais à une bien mièvre 14e place au classement, à huit journées de la fin de l’exercice, et affiche un triste bilan de deux petites victoires lors de ses dix dernières rencontres disputées. De quoi faire envoler les derniers espoirs d’Europe à l’équipe, déjà précocement éliminée de toutes les autres compétitions : dernière de sa poule en Ligue Europa, huitième de finale de la Coupe de France, demi-finale de la Coupe de la Ligue. Des chiffres nettement inférieurs à ceux espérés par les dirigeants aquitains, dont l’écurie bénéficie pourtant du septième budget de l’élite hexagonale.

Un bilan qui reste mitigé

Arrivé sur le banc du FCGB en début de saison dernière, en juin 2014, l’ancien latéral des Bleus a connu bien des péripéties depuis son intronisation. Et malgré une première année encourageante (sixième du classement), sa peine à confirmer et une accumulation de “ratés” ont sans doute eu raison de lui en fin de course. Sa communication notamment, très incisive parfois, quand il désignait ses joueurs comme principaux responsables d’un échec essuyé, ne laissera sans doute pas que de bon souvenirs dans la vie du groupe. Mais son fait d’arme le plus remarqué au micro de la presse restera sans conteste son commentaire sur “l’avantage du joueur typique africain”, selon ses propres termes : “il n’est pas cher, généralement prêt au combat, on peut le qualifier de puissant sur le terrain. Mais le foot, ce n’est pas que ça, c’est aussi de la technique, de l’intelligence et de la discipline”.

Des propos qui avaient bien évidemment fortement déplu à une majeure partie de l’effectif, ce qui n’avait pas manqué de remettre un peu plus en doute son autorité sur les siens. Ajoutez à cela de nombreuses rixes au sein du vestiaire, comme celle de Nicolas Pallois et Thomas Touré fin décembre 2014, ou plus récemment celle de Jérôme Prior avec son staff et Lamine Sané, et la coupe commençait à être bien pleine pour sa direction. Plus important et inquiétant encore, l’ancien de l’Équipe de France n’a jamais fait briller les siens au niveau du contenu. Avec 38 buts inscrits en 30 journées, et une défense aux abonnés absents cette saison (deuxième moins bonne défense de Ligue 1) le manque de spectacle offert depuis presque deux ans est aussi une des raisons du si faible taux de remplissage du flambant neuf Matmut Atlantique. Un vrai manque à gagner pour le club.

Ulrich Ramé au chevet de l’institution

Dans la suite de son communiqué, les dirigeants bordelais ont annoncé l’arrivée d’un ancien de la maison pour assurer l’intérim jusqu’à la fin de saison. Ulrich Ramé, ancien gardien de Bordeaux et international français, 43 ans, doit donc redresser la situation de l’écurie d’ici le terme du championnat.

“L’équipe professionnelle sera entraînée par Ulrich Ramé, titulaire du BEPF et responsable au club de la performance du centre de formation, assisté d’Eric Bedouet, Franck Mantaux, Pierre Espanol, entraîneur au club depuis 2011, et Mathieu Chalmé”.

Du haut de ses 525 matches disputés entre 1997 et 2011 -avec deux titres de Champion de France à la clé- sous les couleurs girondines, son expérience du haut niveau et sa connaissance de la maison devraient permettre à ses nouveaux joueurs de redresser la barre pour limiter la casse. En vue du prochain exercice, Bordeaux se renseignerait auprès de possibles candidats potentiels. Et si Marcelo Gallardo (River Plate) ou encore René Girard (libre) sont déjà évoqués, le nom de l’actuel sélectionneur des Diables Rouges, Marc Wilmots, revient aussi plus particulièrement sur la shortlist. À cet effet, le président Jean-Louis Triaud communiquera lors d’une conférence de presse exceptionnelle donnée à la suite de la session d’entraînement de ce mardi.

 

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +
Inline
Inline