L’Olympique de Maseille s’est qualifié jeudi soir pour les demi-finales de la Coupe de France au détriment de l’US Granville et met ainsi fin aux espoirs du petit Poucet.

La belle histoire s’est donc arrêté en quart de finale de la Coupe de France pour l’US Granville. La marche de l’Olympique de Marseille était cette fois trop haute pour les amateurs, déjà tombeurs de Bourg-en-Bresse, une équipe de Ligue 2, lors du tour précédent, ainsi que de Laval, lui aussi pensionnaire de l’antichambre de l’élite, lors des 32e de finale. Un parcours magique pour l’écurie de la Manche qui est loin d’avoir démérité face aux hommes de Michel. Dès l’entame de jeu, devant les 20 000 spectateurs du stade Michel d’Ornano à Caen, Granville a joué de façon appliquée, sans complexe, en effectuant même plusieurs centres devant la cage de Steve Mandanda.

Petit à petit pourtant, la logique a repris le dessus dès lors que les Olympiens ont gêné la relance, parfois maladroite, des joueurs adverses. Mais le petit Poucet de l’édition 2015-2016 a fait mieux que tenir, notamment grâce à son portier Jérémy Aymes, en état de grâce jeudi soir. Finalement, Michy Batshuayi a concrétisé une belle action menée à trois aux côtés d’Abdelaziz Barrada et de Benjamin Mendy (1-0, 50e). Un but qui n’a fait que galvaniser les ardeurs de l’US, très volontaires et déterminés devant leurs supporters jusqu’à la fin du match. En vain. Et c’est finalement l’OM qui complète le dernier carré de la compétition, et qui affrontera Sochaux lors du prochain tour. Un dernier carré que le club de la Commanderie n’avait plus atteint depuis 2007.

Jérémy Aymes a fait des étincelles.

Il n’est pas membre de l’effectif marseillais, et a donc perdu hier soir. Qu’importe, Jérémy Aymes a vraiment illuminé l’enceinte caennoise de tout son talent. Le gardien titulaire de l’équipe de CFA2 en championnat, d’habitude remplacé pour les matches de coupe, a cette fois-ci été aligné pour pallier l’absence de Clément Daoudou, agressé après la qualification contre Bourg-en-Bresse. Et il a tout bonnement été héroïque, comme en témoigne sa note obtenue auprès des journalistes de L’Équipe du Soir.

En réalisant une sortie décisive dans les pieds de l’attaquant belge (20e), puis deux parades de grandes classe face à Florian Thauvin (23e) et Romain Alessandrini dans la foulée (30e), il a ainsi retardé l’échéance jusqu’à l’ouverture du score. Il a par la suite permis aux siens de croire à leurs chances jusqu’au bout, en maintenant cet écart d’un petit but grâce à de multiples sauvetages. Une défaite à la clé, certes, mais une prestation qui mérite d’être soulignée. Sa copie rendue a même déclenché des commentaires d’admiration chez tous ses coéquipiers, mais aussi chez ses adversaires d’un soir, ainsi que dans la presse.

Marseille doit jouer la Coupe à fond

Voilà presque neuf ans que l’Olympique de Marseille n’avait plus atteint les demi-finales de la Coupe de France. Une première depuis 2007. Peu flatteur, pour un club de cette dimension, qui n’a d’ailleurs plus remporté la compétition depuis 1989. Une paye. Et face aux amateurs granvillais, les joueurs de Vincent Labrune n’ont pas véritablement brillé. Un président assez mitigé à l’issue de la victoire, qui est d’ailleurs pour lui la seule satisfaction de cette soirée.

“Il n’y a que le résultat qui compte, bien évidemment. C’est la seule chose qu’il faut retenir ce soir. Pour le reste de nos objectifs, il faudra qu’on joue mieux pour les réaliser”.

Les objectifs, parlons-en. Récemment éliminés de la Ligue Europa, les Phocéens n’ont plus que la Coupe et le Championnat à disputer cette saison. Et si selon son dirigeant la Ligue 1 reste prioritaire, ses hommes devront montrer bien plus que leur production de jeudi. Dans ces conditions, pourquoi ne pas plutôt viser la finale du Stade de France en mai comme objectif principal ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +